Papa gay - Lettre à mon enfant interdit

17 août 2011

pp

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                    Avec Roxanne bébé, pause biberon.

Une lettre touchante d'un lecteur de "Papa gay"

J'ai reçu une lettre qui m'a beaucoup touché. J'ai envie de vous la transmettre avec la réponse que j'ai faite à ce garçon, Alexandre, qui m'a écrit.

Très cher Pascal,

C'est avec émotion que je viens de terminer votre livre. Je me suis empressé de vous écrire pour vous remercier de ce soutien littéraire.

Je suis moi-même gay et ce depuis ma naissance, je crois bien. Je l'ai toujours accepté auprès de moi-même et des autres. J'ai fait mon coming-out à 12 ans auprès de la famille, des amis, des enseignants de mon collége, etc.

J'ai maintenant 18 ans, et cela fait déjà plus d'un an et demi que je m'interroge sur ma future paternité.

Je me suis longuement questionné sur le comment faire ce si beau cadeau de la vie. Et grâce à vous, j'ai enfin compris. J'ai une amie lesbienne très proche qui se porte garante de devenir la mère de nos enfants.

J'aimerais savoir s'il est mieux, ou non, de faire cela avec une amie proche ou non. Elle a 20 ans, et nous comptons lancer la procédure dans 5 à 6 ans.

En tout cas, merci encore pour cette belle lecture (moi qui déteste ça particulièrement...).

Je vous embrasse, ainsi que Roxanne, qui sans me connaître a, je l'espère, ressenti mon attachement envers elle.


Je vous souhaite tout le bonheur qui puisse exister.


Merci encore et mille fois merci.

Bien à vous,

Alexandre

Voici ma réponse:

Très cher Alexandre,

Merci de vos mots qui m'ont ému et touché profondément. Si j'ai écrit ce livre, c'est parce que je pensais qu'il puisse aider des personnes comme vous qui avez un désir d'enfant tout en tentant de les rassurer et de calmer les peurs de leur entourage. Donc un infini merci d'avoir pris la peine de m'écrire ce message. Il me va droit au cœur.

La première chose que je voudrais vous dire, c'est que vous êtes très jeune pour devenir papa. En effet, il est judicieux de reporter ce projet à dans quelques années. Cela vous donnera le temps de bâtir peu à peu votre idéal et surtout cela vous permettra de vivre votre vie à vous. Car, vous le constaterez, même dans le cadre d'une coparentalité, l'enfant va occuper une place énorme dans votre vie (et modifier les projets que vous aviez pour vous-même). De mon côté, je suis assez heureux d'être devenu père sur le tard. Car j'ai pu vivre pleinement ma vie, trouver ma voie, un emploi dans lequel je me réalise et bâtir un équilibre qui me permet de ne rien regretter que je n'aie pas fait avant de devenir père.

Cela dit, je ne suis pas en train de vous dire d'attendre vos 42 ans pour faire un enfant! La différence entre vous et moi, c 'est que vous avez accepté votre homosexualité beaucoup plus tôt que moi (qui ai attendu mes 26 ans). Donc vous avez de l'avance et c'est tant mieux!

Vous avez donc envie d'un projet de coparentalité. Je ne peux que vous féliciter, car je trouve que c'est le meilleur choix que l'on peut faire pour un enfant. Je respecte bien évidemment les couples d'hommes qui adoptent ou qui utilisent les services d'une mère porteuse, mais en mon for intérieur, je ne pouvais pas imaginer que mon enfant vive sans une maman. Certes, c'est une situation qui suppose beaucoup de concessions, mais une fois que vous avez accepté ces concessions, je vous promets que la vie est radieuse.

Depuis bientôt cinq ans, nous vivons en parfaite harmonie, Elsa et moi. Jamais le moindre nuage n'est venu troubler notre entente. C'est véritablement une association de deux êtres humains qui ont décidé de donner naissance à un enfant et de l'élever. Souvent, un peu par provocation je l'admets, je dis que je ne suis pas un père, mais un technicien en parentalité! Derrière la boutade, il y a quelque chose de vrai. Le fait de devoir me poser plein de questions avant de devenir père m'a permis - comme je le dis dans le livre - de passer mon "permis de parent" avant de le devenir. Ces questions ont structuré l'exercice de ma paternité et je suis heureux de me les être posées, car cela m'a aidé tout au long de ma vie avec ma fille.

Il est bon aussi à mes yeux que vous fassiez ce projet avec une amie lesbienne. Dans le cas contraire, si la mère de votre enfant est hétérosexuelle, elle risque de rencontrer un homme et ce dernier va, sans la vouloir, prendre la place du père, car il vivra davantage de temps avec votre enfant.

Une chose est essentielle: trouvez la bonne personne et posez-vous toutes les questions possibles. Avec votre amie, déshabillez vos âmes. Parlez de tous les sujets. Si un désaccord survient sur un thème, discutez-le et voyez si vous pouvez parvenir à une concession. Ne vous cachez rien. Définissez des règles et engagez-vous à les respecter. Cette ouverture réciproque entre le futur papa et la future maman est le meilleur ciment pour construire un projet d'enfant. Et surtout, la base de tout: FAITES-VOUS CONFIANCE et ne changez pas de comportement une fois l'enfant venu. Je connais un couple d'hommes qui a fait un projet d'enfant avec une femme. Tout était bien réglé avant la naissance mais dès que leur enfant est arrivé au monde, la maman a changé les termes principaux de l'accord. Du coup, ils vivent un enfer depuis six ans. Et leur enfant est la première victime du revirement de la maman.

Donc, je vous le répète: discutez avec votre amie et regardez si vous êtes sur la même longueur d'ondes. Si tel n'est pas le cas pour l'un ou l'autre, si les désaccords basiques sont trop nombreux, alors ayez le courage de mettre un terme à votre projet et de partir en quête d'une autre personne.

L'un des points essentiels sur lequel vous devez discuter est ce que j'appelle dans le livre "la proximité géographique des parents". Elsa et moi, nous nous étions donné cinq ans - soit jusqu'au moment où notre fille commencerait l'école - pour nous rapprocher mutuellement (l'idée était la suivante: comme je suis propriétaire et qu'Elsa était locataire, elle a accepté l'idée de se rapprocher de moi, mais en prenant le temps de trouver quelque chose qui lui plaise vraiment). Nous vivions à 30 km l'un de l'autre à la naissance de notre fille. Aujourd'hui, nous sommes dans le même village. Et vous n'imaginez pas ce que cette proximité est pratique et vous facilite la vie! Avec votre amie, réfléchissez bien à ce point-là. Il est essentiel, je vous le certifie.

Je ne vais pas aller plus loin dans le détail, il y aurait tant à dire. Sachez, Cher Alexandre, que si je peux vous aider en répondant à d'autres de vos questions, je le ferai volontiers.

Encore merci pour vos mots qui m'ont touché. Je vous souhaite plein de belles choses et que votre projet d'enfant mûrisse gentiment avant d'aboutir sans aucun doute à ce qui sera la plus belle aventure de votre vie et celle de votre amie.

Amicalement et chaleureusement,

Pascal

Posté par pascalpellegrino à 22:07 - Commentaires [1] - Permalien [#]


18 août 2010

De la question du baptême d'un enfant conçu par des parents homosexuels

De la question du baptême d'un enfant conçu par des parents homosexuels

bapteme05

Reçu ce message sur Facebook:

Bonjour Monsieur,
Je suis la maman d'un jeune homme homosexuel. J'ai lu votre livre qui m'a beaucoup réconfortée. Mon fils vient d'être papa d'un petit garçon qui a 15 jours. Son histoire est la même que la votre. Ce bébé a été conçu avec une jeune fille lesbienne. Après trois longues années de réflexion ils ont mis leur (projet) en route. Ils sont fous de joie et moi aussi. Le gros souci c'est qu'il veulent le baptiser à l'église étant catholiques tous les deux et croyants. Comment faire pour trouver un prêtre qui acceptera de les accueillir. Cà me parait très difficile. C'est pourquoi je m'autorise à m'adresser à vous, afin d'avoir peut- être des informations car c'est très importants pour eux.
Je vous remercie de bien vouloir me répondre et encore merci pour votre livre . Bien cordialement.

Voici la réponse que j'ai faite à cette dame:

Chère Madame,

Merci de votre message touchant et de vos gentils mots sur mon livre. Si cette lecture vous a réconfortée, j'en suis le premier heureux, car c'était l'un des motifs pour lesquels je tenais à écrire notre aventure de vie.

Tout d'abord, transmettez mes félicitations les plus chaleureuses à votre fils, à votre petit-fils et à la maman de celui-ci. Vous voilà donc grand-maman et votre rôle sera essentiel auprès de ce petit bonhomme. Je le constate avec mes propres parents, qui m'ont soutenu et me soutiennent toujours dans l'éducation de ma petite princesse.

Roxane aura bientôt quatre ans et aucun nuage n'est venu assombrir son chemin. Tout se passe superbement bien, car sa maman et moi respectons l'accord moral que nous avons conclu. Si j'ai un conseil à donner à votre fils et à la mère de votre petit-fils, c'est de ne jamais trahir leur accord de départ et de respecter ce contrat qu'ils ont passé. Ils sont maintenant responsables d'un enfant. Le plus beau cadeau qu'ils puissent lui faire est de lui donner la chance d'avoir un papa et une maman qui se respectent et s'allient pour lui donner la meilleure des éducations et surtout, plus que tout, un amour infini.

Maintenant, pour répondre à votre question sur le baptême, je crois que votre appréhension est peut-être prématurée. Comme je l'ai écrit dans le chapitre qui est consacré à ce sujet, j'avais aussi peur d'un éventuel refus quand j'ai contacté le curé qui a baptisé Roxane. Et ce dernier, quand je lui ai conté les circonstances de la naissance de ma fille, a répondu: "Pourquoi ne lui donnerais-je pas le baptême? Elle est un enfant de Dieu comme les autres".

Il avait totalement raison.

Si sur votre chemin se trouve un homme d'église qui refuse le baptême à un enfant pour le simple motif qu'il a été conçu par un homme et une femme homosexuels, ne vous découragez pas. Il n'est pas représentatif de tous les prêtres. Essayez auprès d'un autre. Mais à mes yeux, il ne devrait pas y avoir de problème. Sinon, ce serait un vrai scandale.

J'imagine que la France, en tant que fille aînée de l'Eglise, est peut-être plus conservatrice sur ce point-là par rapport à la Suisse (qui est majoritairement protestante). Mais pas au point de refuser le baptême à un enfant.

Donc, reprenez confiance. Et j'espère très sincèrement que dans quelques temps vous m'écrirez un petit mot pour me dire que votre petit-fils a reçu le premier sacrement de sa vie chrétienne sans la moindre difficulté.

Tout de bon à vous et cordiaux saluts !

Pascal Pellegrino       

Posté par pascalpellegrino à 22:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 mars 2010

LU CET ARTICLE SUR LE SITE 7SUR7.BE

Exclus de l'école pour cause de parents homosexuels

L'Eglise catholique de Denver (Colorado, centre ouest des Etats-Unis) a annoncé avoir exclu deux enfants d'une école catholique, au prétexte que leurs parents sont un couple de lesbiennes.

"Désaccord manifeste avec l'enseignement catholique"
L'Eglise catholique défend le principe selon lequel le mariage ne peut être conclu qu'entre un homme et une femme, et a fait activement campagne contre le mariage homosexuel.

Les parents ont "choisi" de "disqualifier leurs enfants"

"Les parents vivant en désaccord manifeste avec l'enseignement catholique en matière de foi et de morale ont malheureusement choisi, par leur comportement, de disqualifier leurs enfants", affirme l'archidiocèse de Denver dans un communiqué.

Les enfants pourront finir la maternelle mais pas d'accès aux primaires
L'Ecole du Sacré Coeur de Jésus, à Boulder, une ville réputée pour ses positions progressistes, située au nord-ouest de Denver, a informé le couple de lesbiennes de sa décision. Leurs enfants pourront finir la maternelle mais ne pourront pas entrer dans la section primaire.

"Que ferait Jésus?"
Cette décision controversée a été révélée par des enseignants, qui s'étaient plaints aux médias locaux. Des manifestants s'étaient rassemblés dimanche devant l'église du Sacré-Coeur, avec des pancartes où l'on pouvait lire "Que ferait Jésus?".

Tous les catholiques ne sont pas "d'accord avec la décision"
Aicila Lewis, directrice de Boulder Pride, un groupe défendant les droits de la communauté gay, lesbienne et transgenre, a déclaré que l'information avait été révélée par des Catholiques. "Ils veulent que nous sachions que tout le monde, dans l'Eglise catholique, n'est pas d'accord avec cette décision", déclare Aicila Lewis. (belga/th)

Posté par pascalpellegrino à 12:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 février 2010

RENCONTRE ET DEBAT AUTOUR DU LIVRE, LE JEUDI 25 FEVRIER A 19H A GENEVE

BR_Rencontre_Cafe_OFF
X
Vous êtes intéressé par le sujet de l'homoparentalité? Vous vous posez des questions sur le désir d'enfants des homosexuel(le)s? Vous vous interrogez sur l'expérience d'un gay qui est devenu papa? Alors venez nombreux à la rencontre autour du livre que j'ai écrit: PAPA GAY - LETTRE A MON ENFANT INTERDIT".

Rendez-vous le Jeudi 25 Février à 19h
X
au Café OFF de DIALOGAI à Genève,
Rue de la Navigation 11-13.
X
Après une présentation du bouquin et des raisons pour lesquelles j'ai voulu le publier, le débat s'ouvrira. Puis la rencontre se terminera par un apéro. A noter que des livres seront disponibles à la vente ce soir-là.
X
A bientôt!

Posté par pascalpellegrino à 10:04 - Commentaires [2] - Permalien [#]

25 janvier 2010

Plus de couples gais ont des enfants

homoparentalite

Voici un article lu dans "Le Journal de Montréal" du 25 janvier 2010.

Québec: Plus de couples gais ont des enfants

Six ans après la légalisation du mariage gai au Québec, le nombre de couples homosexuels qui décident d'avoir des enfants est en forte hausse. À l'heure actuelle, quelque 1 400 jeunes ont deux papas ou deux mamans, a appris le Journal de Montréal.

Des données obtenues auprès de la Régie des rentes du Québec (RRQ) révèlent que 1386 enfants vivaient dans une famille «homoparentale», à la fin de 2008. Ce nombre connaît une croissance constante et soutenue depuis 2001. À cette époque, seulement 201 enfants avaient deux pères ou deux mères.

Près de 80% des 950 familles homoparentales identifiées en 2008 étaient constituées de deux mamans, alors qu'à peine 200 foyers étaient formés de deux papas. Selon la RRQ, l'augmentation du nombre de ces familles n'est pas étrangère aux droits dont bénéficient les homosexuels depuis une dizaine d'années.

«Ça va avec les lois, explique le porte-parole de la RRQ, Herman Huot. À partir de 1999, les lois du Régime des rentes se sont appliquées aux conjoints de même sexe. Et après ça, il y a eu le mariage gai, souligne-t-il. Il y a une progression d'année en année [du nombre de familles homoparentales].»

Un bébé en cadeau

Rosalie Dubreuil et Marie-Ève Blackburn, un couple d'homosexuelles de l'arrondissement Verdun, se sont ajoutées à ces statistiques récemment. Après 38 heures de travail en salle d'accouchement, Rosalie a donné naissance au petit Gustave, le 9 octobre dernier, à l'hôpital Saint-Luc. C'est un ami du couple, lui-même homosexuel, qui a fait don de son sperme pour permettre la naissance de l'enfant. Ce père biologique n'a toutefois aucun droit légal sur le bébé.

«C'est nous qui avons les droits, légalement, mais si l'enfant veut voir son père et s'il est ouvert à ça, on laissera la porte ouverte», indique Rosalie Dubreuil, qui est apprentie mécanicienne chez Via Rail. Le couple a préféré se tourner vers ce «bon ami» plutôt que vers une banque de sperme, au cas, justement, où l'enfant voudrait connaître son géniteur en grandissant. Il a fallu deux essais pour que la grossesse ait lieu. «C'est un cadeau que notre ami nous a fait en tant que couple», estime Marie-Ève Blackburn, mécanicienne- conseil pour le Canadien National.

Optimisme

Cela faisait plusieurs années que les deux femmes rêvaient d'avoir un enfant. Elles souhaitent maintenant en avoir un deuxième de la même manière. Mais cette fois, c'est Marie-Ève qui le porterait. La hausse du nombre de familles homoparentales les réjouit au plus haut point. «On a des amis qui ont plus de 45 ans et pour qui ç'a été très difficile de vivre leur homosexualité, dit Marie-Ève Blackburn. Mais là, je suis remplie d'optimisme.»

Sébastien Ménard
Le Journal de Montréal

Posté par pascalpellegrino à 17:34 - Commentaires [1] - Permalien [#]


28 décembre 2009

UN SITE INTERNET POUR FACILITER VOTRE PROJET DE COPARENTALITE

                           

site_projet_coparents

Voici reproduit un article de Marie Billon, paru le 27 décembre 2009 sur le site tetu.fr. Il parle de ce site français de l'APGL  qui entend rapprocher des hommes et des femmes qui ont un désir de bâtir un projet de coparentalité.

Il n'est pas impossible pour des gays et des lesbiennes d'avoir des enfants naturels mais c'est quand même plus compliqué que pour les hétéros. Pour faciliter les rapprochements et fournir des conseils, un site de rencontre a été monté par un membre de l'APGL.

                           

«C'est un peu comme meetic, mais c'est pour rencontrer le couple ou le célibataire avec lequel vous voudrez avoir un enfant en coparentalité», voilà comment Olivier Caillaux, responsable de l'antenne Côte d'Azur de l'APGL (Association des parents gays et lesbiens), définit le site qu'il a cofondé http://coparentalite.apgl.fr.

220 profils
Le but est de permettre aux gays et lesbiennes de se rencontrer virtuellement puis de développer des contacts menant éventuellement à la conception d'un enfant. Chacun fournit quelques informations le concernant, puis communique avec les autres membres. Aucun nom n'est entré, aucune donnée personnelle, les adresses mail ne sont pas visibles sur le site «par précaution envers des intentions homophobes». Le site a ouvert il y a 7 mois et environ 220 personnes ou couples sont inscrits.

«Le plus dur et le plus long, c'est de trouver un couple ou une personne avec lequel on s'entend assez bien pour avoir un enfant.» Pour faciliter les choses, chacun précise le pourcentage d'implication qu'il veut avoir dans l'éducation. «Certains veulent juste transmettre, pas élever. Tout le monde ne veut pas une garde à 50%».

Officialiser les rôles devant un juge
Une fois le futur parent idéal rencontré, il faut penser à l'enfant. Le site propose donc un modèle de charte définissant clairement le rôle des parents biologiques et éventuels partenaires. Pour l'officialiser il suffit de la signer devant un juge. «Si la loi sur le statut des beaux-parents passe, la coparentalité reposera sur des bases encore plus claires». Pour l'instant, le texte est toujours en discussion au gouvernement.

«Ce site n'est pas destinés aux hommes, mais je me rends compte moi-même que c'est bien plus difficile pour les gays d'avoir accès à la parentalité». Beaucoup de femmes préfèrent ne pas partager la garde de l'enfant et se faire inséminer. «En revanche, le concept cloue le bec aux détracteurs de l'homoparentalité qui accusent les homos de priver l'enfant d'un parent de l'autre sexe».

http://coparentalite.apgl.fr n'est pas le seul site français aidant à monter des projets de coparentalité homos. Mais il est le seul agréé par l'APGL, et il est entièrement gratuit.

Posté par pascalpellegrino à 10:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 septembre 2009

ECOUTEZ L'EMISSION CONSACREE AU LIVRE, DIFFUSEE LE 22 SEPTEMBRE SUR VIVRE FM

vivre_fm_couverture

Le 22 septembre sur la radio parisienne VIVRE FM, j'ai participé à l'émission de Christophe Bougnot, "Vivre FM c'est vous". Le thème était bien sûr lié à l'homoparentalité. Si vous désirez écoutez cette émission, cliquez sur la photo ci-dessus ou le lien ci-dessous!

ECOUTEZ L'EMISSION VIVRE FM C'EST VOUS CONSACREE A "PAPA GAY"

 

Posté par pascalpellegrino à 08:26 - Commentaires [2] - Permalien [#]

27 juin 2009

LAURENT RUQUIER: "UN ENFANT? POURQUOI PAS!"

ruquier

Dans une interview au quotidien belge "La dernière heure" en avril 2009, Laurent Ruquier (46 ans), disait à propos de son homosexualité: "Je ne m'affiche pas, mais je ne le cache pas. Cependant je ne milite pas."
Plus loin, lorsqu’on demande à l’animateur de France 2 s’il se voit devenir papa, il répond : "Un jour, pourquoi pas, j'aurais un enfant! Mais pour ça, il faut être sûr de la personne avec qui on vit. J'ai encore le temps, on peut être parent à 50 ans, donnez-moi encore quatre ans."

Posté par pascalpellegrino à 11:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

"DEUX PAPAS", UNE CHANSON SUR L'HOMOPARENTALITE

kinderen
Ce lien YouTube m'a été envoyé par Thierry, que je remercie. Il s'agit d'un jeune Hollandais chantant sa vie d'enfant adopté par un couple d'homosexuels. Les paroles sont assez naïves, mais touchantes quand même. Pour les non-néérlandophones, la vidéo est sous-titrée en anglais. Pour les non-anglophones, voici une traduction française des paroles.

Pour voir la vidéo, cliquez sur l'image ci-dessus ou sur CE LIEN

On vit dans une maison mitoyenne

On a un super foyer

Tout va bien dans notre vie, à nous trois ensemble

Baz travaille dans un journal

Et Diederick dans un laboratoire

Ils m’ont adopté quand j’avais un an

Je suis toujours leur seul enfant

Et ça me va bien comme ça

Parce que toute leur attention et leur amour sont focalisés sur moi

Baz m’emmène à l’école

Avec Diederick, je joue du violon

Et les trois, on regarde ensemble des feuilletons à la télé

 

REFRAIN

J’ai deux papas, deux vrais papas

Qui sont parfois cools, parfois stricts

Mais tout va très bien pour nous

J’ai deux papas, deux vrais papas

Qui, lorsqu’ils le doivent, deviennent ma maman

 

Quand je dois aller au lit

Diederick contrôle mes devoirs

Baz fait la vaisselle ou bien la lessive

Si je suis malade, si j’ai de la fièvre

Il n’y a personne que je connaisse qui soient aussi prévenants que Diederick ou Baz

 

REFRAIN

 

Parfois, à l’école, je me fais humilier

Bien sûr, c’est pas sympa

« Tes parents sont homos »

Ils trouvent cela bizarre

Moi je hausse les épaules en me disant

« Et puis quoi ? Je suis leur fils ! »

Ce n’est pas ordinaire

Mais ça me va bien comme ça

 

REFRAIN


Posté par pascalpellegrino à 11:26 - Commentaires [2] - Permalien [#]

22 juin 2009

LE BLOG "LES TOILES ROSES" FAIT UNE BELLE CRITIQUE SUR LE LIVRE

les_toiles_roses

Le blog LES TOILES ROSES s'est intéressé au livre et j'ai eu le plaisir d'être interviewé par Gérard Coudougnan qui a fait une belle critique de "Papa gay". Il s'est intéressé à des points jamais repris à ce jour par d'autres médias comme l'impossibilité pour les gays français de faire des dons de sperme.

Si vous voulez lire la critique ainsi que l'interview, cliquez sur la photo ci-dessus ou sur ce lien.

Si vous voulez vous rendre sur ce blog vraiment intéressant et riche de plein d'infos, cliquez ici.

Posté par pascalpellegrino à 00:22 - Commentaires [3] - Permalien [#]